10 December 2015

Compte rendu : Capitaine Perdu, Tome 1.


Capitaine Perdu, Tome 1.
Par Jacques Terpant
Glénat BD
2015
56 pages 

Jacques Terpant, l’auteur de BD, vient de lancer sa plus récente création, Capitaine Perdu. Imaginez ma fébrilité en apprenant qu’il s’agit de l’histoire des derniers jours du fort de Chartres aux Illinois vers 1765. Si l’ouvrage est maintenant disponible en Amérique, j’ai eu toutefois le plaisir de le retrouver en format Kindle sur Amazon.com (néanmoins, j’avertis le lecteur que ce format ne fonctionne bien qu’avec une tablette. Sinon, les images risquent d’être un peu trop petites).

Je vous partage donc mes impressions.

D’abord, il faut mentionner qu’il est rafraîchissant de trouver une BD qui s’éloigne des principaux personnages de la Nouvelle-France pour se pencher sur des personnages plus obscurs, ceux qui n’ont pas nécessairement été élevés au panthéon de la mémoire populaire, mais dont les vies ont été tout aussi aventureuses. Il s’agit ici d’autant plus d’une région et d’une période fascinante du Régime français qui méritent une plus grande attention tant en France, au Québec et aux États-Unis (même si j’admets volontiers que je suis un peu biaisé du fait qu’il s’agit de ma période et ma région d’étude).

L’ouvrage comprend d’abord une préface signée de Jean Raspail qui reprend l’interprétation mythique comme quoi les Français ont été pacifistes et bons ententistes avec les Amérindiens. L’œuvre ne cache pas d’ailleurs qu’il fait écho à cet extrait de Francis Parkman : « La civilisation espagnole a écrasé l’Indien; la civilisation anglaise l’a méprisé et négligé; la civilisation française l’a étreint et chéri. ». Si cette maxime est réductrice et simpliste, il en demeure néanmoins qu’en cette période de la fin du Régime français en Amérique, les peuples amérindiens avaient réalisé amplement que l’équilibre du pouvoir venait d’éclater avec le retrait de la France de l’Amérique continentale. Comme l’illustre la guerre dite de Pontiac, les anciens alliés français (et quelques nouveaux alliés) se sont battus pendant trois années suivant la signature du Traité de Paris pour tenter à tout le moins de chasser les Britanniques de leurs terres, et au plus, encourager le retour de la puissance française. C’est sur cette période trouble et ses événements que porte le récit de la BD. Terpant démontre assez adroitement à quoi ont pu ressembler les rassemblements qui ont eu lieu au fort de Chartres pour chercher l’appui du commandant de la place, Louis Saint-Ange de Bellerive.

Le héros de la BD: Louis Saint-Ange de Bellerive
Si l’ouvrage est agréable à lire, il n’échappe pas à quelques erreurs historiques. La première et la plus évidente à souligner porte justement sur Saint-Ange de Bellerive, le personnage principal que Terpant dénomme le « Capitaine Perdu ». Perdu, en effet, car après de nombreuses années au service de la couronne française, ce commandant s’était vu obligé de soumettre son fort aux Britanniques et de se replier à Saint-Louis, récemment fondé sur la rive opposée du Mississippi, en territoire espagnol. L’artiste dépeint l’officier avec la physionomie d’un solide gaillard âgé tout au plus de la quarantaine. Or, Saint-Ange de Bellerive est né à La Prairie en 1702. Entre 1764 et 1765, période où a lieu l’action de la BD, il avait donc environ 62 ans! Il est mort d’ailleurs en 1774. Selon ses propres paroles, Terpant dit qu’il y a très peu d’information sur Saint-Ange de Bellerive, alors il a fait « acte de création ». Néanmoins, pour mes chers lecteurs qui veulent s’informer davantage sur ce fascinant personnage, je vous réfère au récent livre de Carl Ekberg et Sharon K. Person, St. Louis Rising : The French Regime of Louis St. Ange de Bellerive.

 Je m’arrête également sur ces quelques détails qui méritent néanmoins d’être mentionnés. Au niveau du transport fluvial, les convois se faisaient le plus souvent à l’aide de bateaux à fond plat. L’omniprésence de canots dans la reconstitution de Terpant éclipse également le fait que la pirogue était, dans cette région, le mode de transport habituel chez les Amérindiens et les Français. L’inclusion de plusieurs personnages à barbe relève également de l’anachronisme : d’abord, sur le plan de la mode du siècle, mais également sur le plan des relations amérindiennes — ceux-ci voyaient la pilosité faciale comme étant répulsive.

Un élément important qui aurait surtout mérité une meilleure recherche de la part de l’auteur est l’aspect architectural. Si le fort de Chartres représenté dans la BD est celui reconstruit pendant le dernier siècle (voir mon article à ce sujet ici), l’architecture est néanmoins basée sur la reconstruction de Louisbourg, fidèle aux sources [Erratum de ma part: il s'agit plutôt du fort Niagara -JG]. Ironiquement, Teprant traite la reconstruction moderne du fort de Chartres de « Disneyland », alors qu’il s’agit d’un commentaire plus approprié pour sa propre reconstitution de villages. En effet, celles-ci demeurent très anachroniques. Les habitations du Pays des Illinois, contrairement aux images de Terpant, n’étaient pas de pierre, et celles en bois qui sont illustrées dans la BD sont plus typiques du XIXe siècle avec l’arrivée de l’influence anglo-américaine.

La maison Bolduc à Sainte-Geneviève, Missouri,
un excellent exemple d'architecture créole du Pays des Illinois.

Il y a plusieurs autres petits détails que je pourrais soulever, mais qui relèvent pour l’instant de débats historiques courants. On ne peut donc critiquer l’artiste qui, selon les demandes d’un médium visuel destiné au divertissement, a dû faire des choix et trancher ces questions. Enfin, sans pour autant être une erreur, je ne peux m’empêcher de mentionner en passant que le chef des Kaskaskias, Tamarou, a un air de famille avec Wes Studi, acteur cherokee bien connu... ce qui m’a fait bien sourire.

Malgré ces quelques erreurs historiques, je dois souligner que c’est un pur plaisir de prendre son temps à lire cette BD. Chaque case déborde de détails. Si parfois l’auteur a mal interprété certains accoutrements, ce n’est pas par manque d’avoir cherché à être le plus authentique possible. Les erreurs de l’auteur témoignent du fait qu’il n’est pas nécessairement un historien spécialiste de la culture matérielle, et non qu’il a manqué d’une attention minutieuse aux détails. Par exemple, autant qu’on peut se frustrer de l’inclusion de franges plus typiques du XIXe siècle (un stéréotype malheureusement présent même dans plusieurs excellents musées, d’ailleurs), on peut autant s’émerveiller des petites touches comme les tatouages indiens conformes à la période. Après tout, comme l’auteur admet, la plus grande difficulté est de documenter les Indiens. (Sur la question des échanges culturels sur le plan vestimentaire au Pays des Illinois, se rapporter à Sophie White, Wild Frenchmen and Frenchified Indians.)

Jacques Terpant porte une attention particulière aux détails.

Alors que l’épilogue fait un retour historique encore une fois trop simpliste qui erre dans le cliché du Français « ensauvagé », on souligne néanmoins qu’à l’inverse, on y découvre que Terpant a tout de même tiré inspiration de Richard White et de Gilles Havard dans ses recherches. Si dans les menus détails on peut trouver plusieurs failles (qui est toujours le cas, peu importe le médium artistique), la trame historique, dans ses grandes lignes, est fidèle à la réalité. Il en est de même avec les principaux personnages. Terpant capture bien l’appréhension des Amérindiens et des Français face au changement de régime. L’esprit du temps est très bien englobé et démontré entre les pages de cette BD. Et pour un ouvrage grand public, c’est souvent l’aspect qui doit être prôné d’abord et avant tout. Pour cela, je recommande l’ouvrage tant pour un public plus large que pour mes collègues qui cherchent un moment de détente en compagnie de personnages réincarnés et ressuscités à l’aide du pinceau de Jacques Terpant. Et selon les images tirés du prochain volume en préparation, je peux dire que j’ai extrêmement hâte de lire la continuation du récit que nous livre son auteur.

Lectures suggérées :
  • Site officiel de Jacques Terpant : http://www.terpant.com/
  • Entrevue avec Jacques Terpant : https://youtu.be/pkZHSB6RPFk
  • Ekberg, Carl J. et Sharon K. Person. St. Louis Rising: The French Regime of Louis St. Ange de Bellerive. Urbana, University of Illinois Press, 2015. 326 p.
  • Gagné, Joseph « Le fort de Chartres en Illinois », Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française, novembre 2011. En ligne : http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-663/Fort_de_Chartres_en_Illinois.html.
  • White, Sophie. Wild Frenchmen and Frenchified Indians: Material Culture and Race in Colonial Louisiana. Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2012. 360 p.


03 December 2015

25 000 visiteurs!

Curieuse Nouvelle-France a franchi le cap des 25 000 visiteurs! Un gros merci à tous et à toutes pour votre soutien! Voici une petite animation pour célébrer.


22 November 2015

Best of Jos on Twitter 2013-2015

It's a lazy Sunday and I caught myself reading my past tweets. I figured I should share some of my favourite tweets from the past, in particular for my readers who don't have a twitter account. Enjoy! (P.S.: #HistorianLife )














Sceller une lettre en Nouvelle-France

Pour les curieux qui veulent savoir comme sceller une lettre à la façon de nos ancêtres:

19 November 2015

"Throwback Thursday": Société historique du Nouvel-Ontario

J'étais en train de fouiller à travers des veilles photos pour une amie lorsque je suis tombé sur un souvenir de l'an passé. Je donnais une présentation intitulée « Un officier canadien errant: redécouvrir Louis Liénard de Beaujeu » à la Société historique du Nouvelle-Ontario et l’Institut franco-ontarien. Photo prise à Sudbury, Ontario, le 27 février 2014.



13 November 2015

Une pensée pour Paris

Curieuse Nouvelle-France exprime ses condoléances à Paris et la France. Je suis heureux de savoir que mes amis sont sains et saufs mais j'ai un profond chagrin pour les victimes de ces attentats. 
Source: inconnu

07 November 2015

La numérisation à BAnQ

Bibliothèque et Archives nationales du Québec nous offre un coup d’œil sur le processus de numérisation de ses collections. Visitez leur site ici.

30 October 2015

Suivi: Cage de la Corriveau en exposition!

Vous voulez voir la cage de la Corriveau en personne? Vous voulez assister aux conférences en lien avec le sujet? Suivez ce lien pour avoir plus d'information : Musée de la civilisation.

Photo: Joseph Gagné, 2013

27 October 2015

Confirmé: C'est LA cage de La Corriveau!

Il n'y a presque plus de doute. Le gibet trouvé au musée Peabody-Essex à Salem, au Massachusetts, serait correctement attribué à Marie-Josephte Corriveau. C'est ce que vient de publier Le Devoir. C'est une nouvelle qui me rend heureux, puisque j'ai été le premier à contacter le musée américain pour savoir si la cage y était toujours (pour l'histoire entière de La Corriveau et de la redécouverte de sa cage, lire La Corriveau. De l'histoire à la Légende). 
Nous n'avons pas encore tous les détails, mais on peut s'attendre à quelques activités et annonces de presse sur le sujet au début de novembre. C'est un rendez-vous!



18 October 2015

CFCS Windsor 2015

Uh oh... apartment is empty, I have a glass of rum in my hand, and I'm listening to some Gordon Lightfoot... I must be scrambling to write a conference paper! 

Yes indeed, this week I will be presenting at the Center for French Colonial Studies in Windsor. Come join us and say hi! For more information on the conference, visit this address: http://frenchcolonialstudies.org/annual-meeting/

Hope you see you there!

Abstract of my presentation:
On September 8, 1760, the governor of New France signed the capitulation of Montreal. The event marked the final act in the military conquest of Canada. Remaining French forces were directed to lay down their arms and surrender to the enemy. However, a large company of soldiers from the troupes de la Marine du Canada blatantly ignored these orders and fell back onto Louisiana which had, up to then, avoided being conquered. What is most remarkable about this troop is that it was lead by the young Captain Pierre Passerat de la Chapelle, second in command at Fort Détroit. Aged only 26 and with no maps to guide him, the young officer had managed to fray his way across a continent without a single loss. Despite the winter snows, the fear of British pursuit, and the danger of hostile natives, La Chapelle’s most pressing danger would not have been any of these, but a fellow officer: Louis Liénard de Beaujeu, commander of Michilimackinac, equally exiling himself into the Illinois Country. The following clash between these men’s military schools of thought would create a contest of ranks and age, and threaten La Chapelle’s honour and command of his men. The story of this important retreat from the Pays d’en Haut to the Pays des Illinois and Louisiana has been overlooked by the historiography of the Seven Years’ War. This talk will describe and analyse the journey of La Chapelle in the geographical and military context of the period, one of crumbling social order on the cusp of Conquest.

12 October 2015

A funny thought...

Those in the know will find these two images side by side hilarious. Couldn't resist...



(Hint: Go watch Reel Injun)

11 October 2015

To My Friends Thinking of Voting Conservative

Back in 2012, I was fortunate enough to do research in the New Orleans State Museum Archives. Even though I had a scholarship covering my needs for a month, I barely got to do any research in this particular institution: the center was dramatically underfunded, having only a single archivist to help me. To make matters worse, the center was only open three days a week to visitors. And I happened to be on the wrong end of a waiting list of researchers before me...

I kept repeating to myself: Thank god we have good services in Canada. Thank god people have more respect and love for history in Canada. That is, until that morning when I caught up on news from back home. To my horror, it was announced that Library and Archives Canada (LAC) was moving forwards with draconian cuts to its budget. In essence, the repercussions were: 
  • Laying off of people
  • Cutting public services
  • Restricting access to documents
  • Eliminating interlibrary loans
  • Slashing the budget for new acquisitions

My work depends on having access to archives. It’s what historians do: they do research in archive centres. Yet, in one fell swoop, I’ve lost access not only to interlibrary loans that saved me countless wasted time, effort and money going to Ottawa, but I’ve also lost knowledgeable colleagues who can help me identify and find documents I need among the mountains of material at LAC.

Word was also spreading that the Harper government was planning on « compensating » this travesty by digitizing what turns out is only a mere fraction of the archives. Worse: though these documents have been already payed for by Canadian tax dollars, the digital content would be pay-per-view only for the coming decade. The epitome of bad news is the -still- circulating rumour that the Conservatives wish to sell the digitized material to private collectors. I don’t know how much credence I can give to this last rumour, but I can confirm that on the flip side, the actual elimination of a strong acquisitions budget robbed me of important documents that otherwise would have - should have - been purchased by LAC instead of being lost forever to the collectors' market.

And the Harper government was not done: Parks Canada was also the target of senseless  cuts (or rather, a straight-out economic amputation) of about 28 million dollars. Over 600 jobs were eliminated, many being archaeologists and historians. In Quebec city alone, over 30 researchers were fired (only one is left). 

Strangely, a whopping 70 million dollars was invested in the commemorations of the War of 1812 (a war that even the Times described as The War No One Wants to Commemorate). The Harper government’s fascination with this event still boggles the mind of Historians today: this war did nothing more than reinforce the status quo which preceded it. All in all, the events and commemorations smacked of propaganda rather than of history: suddenly, Canada was supposed to be a warrior nation of some sort...

And frankly, I have no idea where much of that money went besides the renovation of a few small forts and the creation of mediocre heritage minutes on television. As I recall one journalist pointing out, one million was supposedly spent on an event that was nothing more than a handful of reenactors in a field next to a tiny stage where an actress portraying Laura Secord sang with a dancing cow in front of a crowd of less than 50 people… One million for that??? Shady if you ask me. 

I could go on enumerating the various cuts to museums and research programs, the commandeering of history away from historians to create nationalistic propaganda and the blatant silencing of historians and archeologists… I’ll simply stick to saying to my friends out there who claim/believe Harper creates jobs, I would like to remind you that his government made my search for a job precarious and even dangerous thanks to all these cuts.

If you love museums, if you love history, if you love the search for knowledge and understanding, please, don’t vote for Harper. Historians, archivists and archaeologists are the custodians of history. Not politicians. Help us safeguard public memory from the skewing of reality. 
Help us save Canadian history. Help us make Harper history. 

PS don’t forget that voting day is October 19th.



Sources and suggested reading: 



09 October 2015

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

Pour les intéressés, un livre numérique disponible gratuitement :

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien : 
Aux origines d'une tradition culturelle
Dirigé par Claude Corbo
Collectif PUM-Corpus Libre Accès
398 pages
octobre 2014

Cliquez sur la couverture pour y accéder :


02 October 2015

Boréalia

Bonjour chers lecteurs(trices),
J'aimerais vous inviter à prendre connaissance du nouveau blogue Borealia. Ce dernier se décrit ainsi:
The goal of Borealia is to provide an energetic, professional, and respectful space for conversation about research and teaching in early Canadian history. We believe that a dedicated forum for discussion, alongside broader historical associations and publications, will nurture informal networks of scholars and will demonstrate the vitality of the field among colleagues and the public. Borealia (“northern”) is a title expansive enough to take in the breadth of our field. We are interested in all regions of what eventually became Canada, to about 1867, and connections to the wider world. We hope our contributors will reflect the diversity of our field, encompassing cultural, intellectual, political, religious, economic, and other perspectives, and will come from every stage of academic careers. We will strive to have content in both English and French.
J'invite donc mes collègues professionnels à se joindre à la liste des collaborateurs pour fournir un contenu français! En espérant vous lire bientôt,
-Jos

29 September 2015

On parle de nous!

Photo: Rénald Lessard 2015
Du moins, on parle du voyage que j'ai aidé à organiser pour le Centre interuniversitaire d'études québécoises au mois d'août dernier. Notre groupe composé d'une dizaine d'étudiants et de chercheurs a descendu le long de la rivière Richelieu et du lac Champlain pour y visiter les vestiges d'anciens forts français. Lisez l'article sur le site du Fil, le journal de la communauté universitaire de l'Université Laval: http://www.lefil.ulaval.ca/articles/vestiges-forts-francais-37653.html

18 September 2015

Yep...

This meme has being doing rounds on my colleagues' Facebook walls... too good not to post. Yep, 'tis the life of a grad student...

16 September 2015

Nouvelle-France électronique a un nouveau visage!

Bonjour tout le monde!
Après quelques semaines de travail, j'ai enfin le plaisir de révéler le nouveau visage de Nouvelle-France électronique (NFE): http://novafrancia.org/
La raison du changement? Principalement pour faciliter la gestion. Auparavant, je travaillais sur le site à partir de code HTML (ce qui explique le look rétro des années 1990). Avec mon ordi qui vieillit, je ne veux pas me retrouver non plus sans mes moteurs de gestion du site si jamais ce dernier rend l'âme. D'ailleurs, à l'aide de WordPress, je pourrai dorénavant me permettre le développement de certaines idées que j'ai en tête.
Bon furetage!
-Joseph

15 September 2015

Reconstitution historique

Un petit vidéo qui parle de nos amis reconstituteurs à Québec.


03 September 2015

Archives Canada-France: BACK, BABY! (Genre...)


Après le cri de cœur de la communauté historienne (lire la pétition ici), le portail Archives Canada-France est de retour! Dorénavant nommé Archives de la Nouvelle-France et hébergé par Bibliothèque et Archives Canada, nous avons le plaisir de retrouver ce qui est sans doute l'outil numérique le plus important pour le chercheur de la Nouvelle-France. 

Néanmoins, je suis navré de constater que la nouvelle incarnation du portail n'est pas optimisée comme l'était son prédécesseur. Voici quelques observations qui, espérons-le, seront remédiées à l'avenir:
  • Il n'est pas possible d'organiser les résultats de recherche chronologiquement
  • La liste de résultats n'affiche pas les résumés des documents (à moins de cliquer sur un résultat)
  • Le mot clé n'est pas surligné automatiquement dans le résumé
  • La liste méthodique des fonds ne semble pas si méthodique (je me fie sur la liste des Correspondance à l'arrivée en provenance des colonies aux ANOM)
Et sans doute mes lecteurs remarqueront d'autres différences qui m'auront échappées. Néanmoins, je dois dire que le lecteur d'image semble mieux fonctionner de loin que son prédécesseur. Sur cela, chapeau. 

Cependant, il semblerait que ces quelques heurts soient temporaires. Le portail fait toujours l'objet d'améliorations. D'ailleurs, si je ne m'abuse, les administrateurs du site demandent qu'on leur soumette toute suggestion qui pourrait servir à améliorer le site.

En espérant y voir développer un site encore meilleur que l'ancien portail!


Et vous? Que voudriez-vous y voir amélioré?

SUIVIS: Voici le message officiel annonçant le retour du portail:
Cher(e)s membres,

M. Guy Berthiaume, Bibliothécaire et Archiviste du Canada, vient de transmettre l'information suivante à l'IHAF:

"Chers collègues,

Il me fait grand plaisir de vous informer que les données autrefois accessibles grâce au portail Archives Canada France sont de nouveau disponibles à l’adresse suivante :

Veuillez noter qu’il s’agit d’un site intérimaire.  Nous sommes à travailler avec les Archives de France et BAnQ à améliorer le portail et une annonce officielle viendra diffuser sa nouvelle facture.

Merci de diffuser dans vos réseaux.

Pour toute information supplémentaire, adressez-vous à Marc Houle (marc.houle@bac-lac.gc.ca)

Guy Berthiaume
Bibliothécaire et Archiviste du Canada"

Merci de diffuser dans vos réseaux,

Cordialement,

Jean-François Cantin, coordonnateur

Institut d'histoire de l'Amérique française
a/s: Département d'histoire
Université de Montréal
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal QC  H3C 3J7  Canada
Téléphone: (514) 343-6111 (poste 41334)
Télécopieur: (514) 343-2483
Courriel: ihaf@ihaf.qc.ca
Site Web: http://www.ihaf.qc.ca

19 August 2015

Vivre le passé : la reconstitution historique comme outil de diffusion de l’histoire auprès du public



Pour ce billet, j’aimerais reprendre en grande partie ma présentation donnée au colloque d’ARTÉFACT à l’Université Laval le 12 février 2015. Je la publie ici suite à une discussion avec une collègue portant sur la légitimité de la reconstitution historique aux Fêtes de la Nouvelle-France.
Il faut se le dire d'abord : le grand public ne se garroche pas aux colloques historiques. Ce n’est pas étonnant : nous sommes, après tout, dans un milieu académique où l’on s’attend à ce que l’auditoire d’un colloque ait acquis certaines bases essentielles pour suivre le fil des communications. Le public général, lui, n’a pas une telle formation.
Néanmoins, il ne faut pas se leurrer en croyant que c’est de sa faute : bien au contraire, c’est en quelque sorte la nôtre!
C’est-à-dire, en tant qu’historiens, n’a-t-on pas passé des années à développer des bases scientifiques, à comprendre le jargon académique, et à s’intéresser à des questions complexes et difficiles qui demandent à l’avance certaines connaissances? Pas étonnant donc que le public ne soit pas au rendez-vous lorsqu’on organise des colloques et des conférences scientifiques professionnels! Par extension, on ne s’étonne non plus que les universitaires ont par conséquent une réputation de vivre dans une tour d’ivoire!
Et pourtant, il faut se répéter que l’universitaire à trois responsabilités à remplir : enseigner, faire de la Recherche, et représenter son domaine et son département auprès de la communauté.
Bon. Certainement, plusieurs historiens ont su se faire connaître auprès du public. Je ne suis pas en train de dire que le lien entre le monde universitaire et le public en général n’existe pas du tout! Cependant, si j’écris ces mots, c’est pour plaidoyer que nous devons savoir nous doter de tous les moyens possibles pour parler d’histoire auprès du public! Et encore plus important, il faut s’assurer que le message fasse impression! Le médium est le message, comme disait Marshall McLuhan. Chaque moyen de communication a ses forces et ses faiblesses. La radio, par exemple, peut faire bonne impression par sa nature intime, particulièrement dans l’auto ou dans ses écouteurs. La télévision, le média de masse par excellence, peut diffuser des documentaires extrêmement bien faits (exception ironique du History Channel).
Bref, le public a un accès facile à de l’information historique par ces médias. Toutefois, le problème avec la plupart de ces moyens de diffusions, c’est qu’ils sont principalement passifs. Le public est à la merci de ce qui est présenté. Contrairement à nous, professionnels dans un milieu universitaire, le public général a rarement l’occasion d’interagir et de poser des questions.
C’est pourquoi j’évoque un moyen de diffusion qui fait appel à l’interaction avec le public, et sans doute la meilleure façon de briser la glace entre l’historien et le milieu « vulgaire ». Il s’agit de la reconstitution historique, ou comme les anglophones l’appellent, le « reenacting ». L’activité s’agit en fait de recréer un moment du passé à l’aide de costumes et d’accessoires d’époque. Les figurants, ainsi déguisés et pratiquant des métiers et d’autres activités d’antan, offrent aux visiteurs la chance de s’immerger dans le passé et d’interagir avec des « personnages » historiques. Ces reconstitutions ont lieu principalement auprès de musées ou de sites historiques. On pense par exemple aux villages d’antan en Acadie, à Saint-Marie-au-pays-des-Hurons en Ontario, Williamsburg en Virginie, ou même à Québec, grâce à Parcs Canada.
Malheureusement, c’est une activité qui est souvent snobée par les historiens. C’est comme si la reconstitution se faisait comparer au LARPING (ou Live-Action-Role-Playing), où les participants se déguisent comme bon leur semblent pour construire des mondes fantastiques, mais imaginaires à la saveur du Seigneur des anneaux.
L’historien pense trop souvent que le reconstituteur manque de rigueur scientifique et s’adonne à un libre usage de son imagination. Pourtant, la vérité est tout autre : En reconstitution historique, les adeptes se font une vraie obsession d’être le plus fidèle possible au passé.
En fait, Vanessa Agnew rappelle :
Yet reenactment also speaks directly to the academy. Television and film producers, museum curators, history buffs, and university students are only too ready to remind academics that their authority is compromised: historians must justify their interpretations, and history writing and teaching must meet the needs of the marketplace. With its vivid spectacles and straightforward narratives, reenactment apparently fulfills the failed promise of academic history—knowledge entertainingly and authoritatively presented. […] this charge might be too readily dismissed by academics.[i]
C’est pourquoi je vous soumets que si l’image qu’on évoque d’un l’historien ressemble le plus souvent à un barbu à lunette derrière son podium, le vrai historien ne doit pas avoir peur de ressembler au besoin à un pirate, un soldat, ou tout autre personnage évoqué par la situation ou l’événement.

Le barbu à lunette en question...

Au Québec, la reconstitution historique existe, mais ne fait pas l’objet d’un engouement semblable comme celui chez nos voisins du sud. Effectivement, aux États-Unis, la reconstitution historique est pratiquement omniprésente sur tous les sites historiques. N’empêche qu’on ne peut pas dire que la qualité n’est pas au rendez-vous chez nous : il s’agit que de penser à la Société In Memoriam ou bien à la garnison de Québec. En plus, comme toute société de reconstitution, il s’agit de groupes de bénévoles à la passion historienne.

Photos : Joseph Gagné

Si le Québec souffre d’un problème de lacune de reconstituteurs, c’est probablement à cause du manque de familiarité auprès du public. Songeons, par exemple, à la Commission des champs de bataille nationaux et sa commémoration malhabile de la bataille des Plaines d’Abraham en 2009. Par un vrai manque de tact, les organisateurs n’ont pas expliqué au public ce qu’est le phénomène de la reconstitution historique. Il n’est pas étonnant donc que la population locale ait mal perçu l’intention derrière l’activité. L’événement, qui devait faire appel à un nombre sans précédent de reconstituteurs québécois et américains, a fini par être interprété (majoritairement par les souverainistes) comme une gifle contre l’honneur du Québec. Le tout, on se rappelle, s’est soldé par une annulation de la reconstitution et de la création, au lieu, du Moulin à parole.

Photo : Cathrine Davis

J’aimerais en venir donc à un exemple américain, celui du fort Saint-Joseph, pour illustrer comment une meilleure intégration de la reconstitution peut affecter la connaissance historique du public, la protection du patrimoine, et la mise en valeur de notre profession.
Commençons avec un peu d’histoire. Avant de devenir un lieu fortifié, le fort Saint-Joseph est d’abord fondé peu après 1680 comme une mission entretenue par les Jésuites. Situé sur la rivière Saint-Joseph, le poste est bien placé pour intercepter les mouvements des Amérindiens entre le lac Michigan et le portage de Kankakee qui mènent à la rivière des Illinois et par extension, au fleuve Mississippi.
Malgré sa vocation religieuse, le poste va rapidement attirer les marchands et les voyageurs. À son apogée, le fort abrite une quinzaine de maisons, tout en étant avoisiné d’un village Potawatomis et Miamis. En 1758, Bougainville écrit que le poste produit 400 ballots de fourrures par année. C’est une somme assez considérable lorsqu’on le compare à la production de 600 à 700 ballots du fort Michilimackinac, le principal entrepôt de fourrure du nord du Pays d’en Haut. Malgré la Conquête en 1760, le fort va continuer d’exister pour quelques décennies encore, non sans passer tour à tour entre mains britanniques, espagnoles, et américaines (ce qui donne à Niles, son emplacement actuel, le sobriquet de « City of Four Flags », ou ville à quatre drapeaux). Après 1781, le fort est plus ou moins abandonné.
Néanmoins, il ne sera jamais oublié par la population locale. D’ailleurs, la ville de Niles commémore la présence du fort avec de nombreuses plaques historiques. Mais, malgré la mémoire locale du fort, il faut attendre en 1998 pour la redécouverte du site par l’équipe archéologique de Michael Nassaney de la Western Michigan University.

Photos : Cathrine Davis

Une fois l’emplacement du fort découvert, la Western Michigan University et la ville de Niles ont dû faire face à un choix difficile : est-ce que l’endroit exact du fort doit demeurer secret pour le protéger de pilleurs et de chasseurs d’artefacts? Ou bien est-ce que le public a droit de savoir où se trouve ce lieu patrimonial? Peu importe la réponse, le souci premier est de protéger le site.
Après une longue et mûre réflexion, la décision est prise de non seulement révéler l’emplacement du fort, mais aussi d’en faire la promotion active auprès de la communauté. Effectivement, en agissant de la sorte, on s’assure la valorisation du site en invitant le public de s’en enorgueillir et de développer un profond respect pour la nécessité de laisser aux archéologues le soin de fouiller et d’interpréter le site en toute quiétude.
Mais pour développer cette relation avec la communauté, l’université doit d’abord développer des bases solides.
Le tout commence en 2002 avec l’instauration d’un chantier-école où non seulement les étudiants universitaires peuvent participer, mais les bénévoles de la communauté aussi.
Pour stimuler l’intérêt public pour le site, l’université, en partenariat avec la ville de Niles et de l’association Protect the fort, va animer annuellement une fin de semaine baptisée la « Fort Saint-Joseph Open House ».

Photo : Cathrine Davis

Pendant l’événement, les archéologues du site déroulent le tapis rouge pour permettre au public de venir observer leur travail. Les gens peuvent donc observer les méthodes de fouilles pratiquées par les étudiants, tout en leur posant des questions.
Des échantillons d’artéfacts trouvés pendant l’année courante, ainsi que les plus belles trouvailles du passé sont mises de l’avant au profit de la curiosité des visiteurs. D’ailleurs, non seulement peuvent-ils observer le travail des archéologues, mais le Fort Saint-Joseph Archaeological Project invite chaque année des historiens tant Américains que Canadiens pour venir donner des communications dans divers musées et bibliothèques de la région. (Ceci dit, je me vante d’avoir été invité en 2013 pour parler de miliciens canadiens.)
Toutefois, ce qui donne une dimension supplémentaire à l’expérience des visiteurs, c’est de pouvoir interagir non seulement avec les archéologues et les historiens du site, mais également avec les personnages qui ont vécu à l’époque.
Pendant l’événement, le site est divisé entre le chantier archéologique d’un côté, et un campement de reconstituteurs de l’autre. Le concept est que le visiteur peut non seulement apprendre au sujet de la méthode archéologique, mais également « voyager » dans le temps en quelque sorte et avoir une vive impression des mœurs d’époque.
Le visiteur peut se promener et rencontrer d’innombrables personnages, en particulier des voyageurs. Pourquoi ne pas s’arrêter pour écouter de la musique d’époque? Le visiteur est même invité à s’embarquer dans un canot de maître où il peut apprendre davantage sur la production de chapeaux à base de feutre de castor.

Photos : Joseph Gagné

Bref, l’impression que se fait le visiteur en arrivant sur le site dépasse l’habituel chantier archéologique avec ses pelles, ses fosses, et ses artefacts souvent méconnaissables à l’œil de monsieur et madame tout le monde.
L’intégration de la reconstitution historique au « open house » du fort Saint-Joseph attire annuellement de plus en plus de participants bénévoles et de plus en plus de visiteurs, ces derniers se chiffrant dans les milliers.
Cela dit, il ne faut pas négliger d’ajouter que la reconstitution historique a un apport économique important pour la région : en effet, les gains sont énormes par rapport à un investissement presque négligeable. Rappelons-le : les reconstituteurs au fort Saint-Joseph sont tous des bénévoles provenant d’un peu partout dans le Midwest. Ils se rassemblent à cet endroit que pour l’amour de l’histoire.
Pour illustrer le gain, puisque je n’ai pas les chiffres exacts pour le fort Saint-Joseph, évoquons le cas du fort Niagara dans l’état de New York. Selon un courriel du directeur du site, Bob Emerson, il est estimé qu’en moyenne chaque visiteur va dépenser 80$ par jour. Avec les 120 000 visiteurs, cela représente 9.6 millions de dollars dépensés dans la région. À lui seul, leur événement commémorant la guerre de Sept Ans rapporte 600 000 dollars. Ainsi, même si le fort Saint-Joseph n’est pas aussi connu que le fort Niagara, l’événement du « open house » rapporte quand même à la ville de Niles des centaines de milliers de dollars en revenus touristiques. C’est pour cette même raison que la ville espère moderniser son musée dédié au fort, et un jour peut-être reconstruire le fort selon les données archéologiques afin de créer un site permanent qui attirera les touristes à longueur d'année.

Photos : Joseph Gagné

Avec le franc succès vécu par les reconstituteurs au fort Saint-Joseph, j’ai pris l’initiative en 2012 de contacter la direction des fêtes de la Nouvelle-France pour savoir s’ils seraient intéressés d’inviter quelques bénévoles du Midwest américain pour venir représenter le fort Saint-Joseph à Québec. En effet, chaque année, les Fêtes de la Nouvelle-France invitent une région de l’Amérique à se représenter à l’événement, le plus souvent l’Acadie ou la Louisiane. Cette fois-ci, c’était l’occasion parfaite de faire connaître aux gens l’histoire de la Nouvelle-France dans la région des Grands Lacs.
Animé par une poignée de reconstituteurs arrivés du Michigan, de l’Indiana et du Missouri, notre petit camp du fort Saint-Joseph fut un succès : placés devant la maison Chevalier à Place Royale, nous étions bien placés pour accueillir les festivaliers et les touristes. En même temps, j’aimerais noter que notre présence était importante dans le contexte des Fêtes de la Nouvelle-France.
On ne peut pas le cacher, ces dernières sont une fête populaire, l’histoire de la Nouvelle-France est à la merci des distorsions causées par la mémoire collective. Alors que certains participants démontrent un profond respect pour la quête d’authenticité dans leurs costumes, c’est loin d’être la norme : pirates et princesses envahissent annuellement les rues de Québec.
Notre petit campement à l’entrée de Place Royale nous permettait donc d’avoir le bénéfice de donner auprès du public une première impression plus authentique de la Nouvelle-France. Il faut également souligner que nous étions deux historiens et une archéologue parmi les bénévoles. C’est un point important à soulever, car ceci permettait de répondre aux questions pour lesquelles les reconstitutions n’avaient pas de réponses. Cela dit, je stresse que les reconstituteurs sont des gens très doués en histoire, passionnés, et avides d’informations. Mais ces connaissances portent le plus souvent sur la culture matérielle. N’empêche que ces gens sont également les meilleurs élèves qu’on puisse souhaiter! Et on peut dire la même chose du public : à l’aide de nos costumes, de cartes, et d’accessoires d’époque, on offrait au public une expérience interactive qui faisait souvent appel aux cinq sens.
En guise de conclusion sommaire, la reconstitution historique peut servir d’outil très utile pour briser la glace entre le monde académique et le public en général. On ne peut qu’en profiter, et ce, sur les deux fronts.
D’une par, notre implication auprès de reconstituteurs ne peut que nourrir leur quête d’authenticité et de sources utiles. C’est par un effort d’intégration auprès de la culture de la reconstitution que nous pourrons les aider à atteindre leurs lettres de noblesse longuement dues, particulièrement au Québec, et assurer leur légitimité historienne.
De notre côté, les retombés ne seront que positifs pour la profession, particulièrement dans un temps où les mesures d’austérité nous affectent gravement. Il faut se rappeler qu’avec l’appui du public, on peut éviter certains désastres comme des coupures dans nos départements universitaires. Par exemple, il ne s’agit de penser à la revue des Débrouillards, justement un outil de vulgarisation scientifique auprès d’un jeune public, sauvé par l’opinion publique. Nous devons savoir reconnaître et nous doter de tous les outils de diffusion possibles, qu’il s’agisse de la radio, de la télé, ou même de la reconstitution historique, pour non seulement propager nos connaissances au public, mais développer chez lui une appréciation et même une valorisation de notre profession.
Notons que le succès de la présence du fort Saint-Joseph aux Fêtes de la Nouvelle-France pendant deux années de suite démontre que la reconstitution historique sert non seulement à transcender les époques, mais également les cultures. En effet, des bénévoles qui sont venus, deux d’entre eux seulement parlaient le français. Si la langue était une barrière, c’est l’amour de l’histoire qui rassemblait.
Bref, la reconstitution historique est un mouvement à apprécier, et à bien promouvoir (en particulier pour éviter un autre fiasco comme celui des plaines d’Abraham). Et avec ces efforts, nous finirons par donner une plus grande conscience historique permanente à la mémoire populaire.

Les intéressés peuvent lire mon autre article sur le sujet ici.

[i] Vanessa Agnew, « Introduction: what is reenactment? », Criticism, Vol. 46, No. 3 (2005), pp. 329-330.