02 June 2019

La pendaison à Québec post-1763

Aujourd'hui je vous partage un vidéo qui dépasse le cadre temporelle du Régime français mais que je considère tout de même important à écouter. Il s'agit d'une entrevue avec un de mes professeurs préférés, Donald Fyson de l'Université Laval. Je vous invite également à visiter le Morrin Center si vous passez par Québec - ça vaut le détour. Enfin, je vous invite à lire l'article original du Soleil d'où j'ai puisé ce vidéo. Bon visionnement!

20 May 2019

Nouvelle base de données: Fort Ticonderoga

Un nouvel outil pour les chercheurs!

Le fort Ticonderoga, alias le fort Carillon (originalement érigé par les Français en 1755), est aujourd'hui géré par un organisme à but non lucratif. Celui-ci s’occupe non seulement de conserver le site qui est lié à la guerre de Sept Ans et la Révolution américaine, mais cherche également à le mettre en valeur et à promouvoir sa mission éducative. Entre autres, le fort accueille annuellement un colloque portant sur la guerre de Sept Ans au printemps ainsi qu’un autre à l’automne sur la Révolution américaine. Le fort contient également une impressionnante collection d’artéfacts et de documents, dont la plus grande collection privée de canons du 18e siècle au monde.

Sur ce dernier point, l’équipe du fort Ticonderoga a récemment mis en ligne une partie de sa base de données cataloguant ses collections. Cette année, j’ai eu le plaisir d’écouter la directrice des collections, Miranda Peters, nous présenter et expliquer l’utilisation de leur nouveau site internet. Je vous invite à mon tour à le fureter à l’adresse suivante : https://fortticonderoga.pastperfectonline.com/ 

Voici quelques-unes de mes pièces préférées :
Et vous, que trouverez-vous?


A French & Indian War Treasure Discovered

Dean Carlson, the Curator of the Museum of Connecticut History in Hartford, was quoted as having a "cerebral meltdown" when viewing what was uncovered behind a wall in a local old home... and to be honest, so am I! The Hartford Courant published yesterday an article regarding the discovery of an amazing sketch that seems to depict a battle during the Seven Years' War in America, or possibly (though less likely if you ask me) from the American Revolution. You can read the full article here. It isn't known if the art was produced by someone who witnessed the battle or simply by a person illustrating one he heard about.
Though I won't repeat the reporting here, I wish to share details that struck my eye observing this wonderful piece of hidden history. 

The original photo from the Hartford Courant

The use of bows and arrows during the Seven Years Wars was often dismissed
by Historians who believed firearms had long replaced them. Though archival
proof exists proving they were indeed used, this is some of the only
iconography I've ever seen.

A cannon being fired. 

The enemy, both French and Indigenous, represented in black and differentiated
by the French wearing hats.

A victim of arrows.

Working with only two colours, the artist could draw the British
in more detail, with hats, pants and shoes. 


No doubt the British and French commanders, leading with their swords.

I can only hope one day I'll have the chance to take a closer look at this unexpected and wonderful visual representation from the French and Indian War.

23 April 2019

Bourse en histoire de la Nouvelle-France


Une tout petite mise à jour pour partager que j'ai eu le plaisir de recevoir la bourse en histoire de la Nouvelle-France offerte par mon département d'histoire à l'Université Laval. Ce montant (2000$) va m'aider à continuer la rédaction de ma thèse que j'espère achever cet été. 

09 April 2019

L'hiver et la guerre de Sept Ans


Les Rogers' Rangers se battent même en hiver

Bon mois d'avril à mon lectorat! Cette tempête de neige tardive m’inspire à vous partager une section qui sera sans doute coupée de ma thèse, mais qui mérite 
tout de même une place ici sans trop d'édition.

L’intensité de l’hiver au Canada vaut à ce dernier la célèbre réputation de n’être que « quelques arpents de neige ». Après tout, comme le rappellent Colin Coates et Dagomar Degroot « La Nouvelle-France, selon les Français, ne devait pas être aussi froide. Située à la même latitude que Paris (presque 49° N), la colonie aurait dû bénéficier en principe d’un climat relativement similaire[i]. » Même si l’hiver au xviiie siècle s’avère plus doux que le siècle précédent[ii], la réputation en demeure intacte.

Habitant, vers 1780
Musée royale de l'Ontario
En réalité, la température varie tout de même de région en région en Nouvelle-France, une colonie qui s’étire sur près d’un tiers du continent. N’empêche que le froid intense du Saint-Laurent pose un désavantage face aux voisins britanniques qui ont plusieurs ports sans glace à l’année longue. Comme le décrit Bougainville, « Les Anglais ont l’hiver un mois plus tard et le printemps un mois plus tôt que nous[iii]. » Au fort Duquesne, en plein milieu de la région contestée par les deux couronnes à la fin du Régime français, le climat y est « doux et tempéré; le mois de janvier seul est froid[iv] ». Toutefois, comme le Mississippi, l’Ohio est une rivière qui risque de déborder au printemps, parfois l’automne. J.C.B. (Joseph-Charles Bonin) témoigne qu’en 1757, « l’eau monta vingt cinq pieds au dessus de son lit ordinaire, de sorte qu’elle se trouva être de cinq pieds sur la berge ou terrain où est établi le fort Duquesne[v] ». Ainsi, à chaque région suffit sa peine liée aux saisons…

Bougainville va commenter à plusieurs reprises sur les dangers de l’hiver[vi].
L’hiver en Canada.— L’hiver est toujours très rude en Canada, le froid y est cependant toujours beau et fort sec, pourvu qu’il n’y ait pas de vent de nord-est, qui produit toujours de la neige l’hiver et de la pluie le printemps. Il est aisé de juger de la rigueur de la saison quand on songe que le fleuve Saint-Laurent prend tous les hivers, à pouvoir le traverser en voiture, et la navigation qui cesse d’être libre à la fin de novembre, ne recommence, pour l’ordinaire, que vers le 20 avril ; une année même la rivière était encore prise, vis-à-vis de Québec, au 3 mai. Cet hiver a été un des plus rudes. Le thermomètre a été jusqu’à 26 degrés et demi, et pendant les mois de décembre, janvier et février presque toujours de 12 à 20 ; on ne peut ensemencer les terres qu’à la fonte des neiges, dans le mois de mai ; cependant la récolte, qui, pour l’ordinaire est abondante, se fait à la fin d’aoust.[vii]
Si on peut sourire en lisant Bougainville dépassé par « le plaisir des femmes de ce pays d’aller en carriole l’hyver sur les neiges, ou sur les glaces dans des tems où il semble qu’on ne devrait pas même sortir par nécessité[viii] », l’hiver présente tout de même un réel danger pour quiconque se fait surprendre par une tempête. Même si Bougainville déteste le froid[ix] (rappelons non sans ironie qu’une île tropicale portera son nom!), sa description des dangers de l’hiver canadien est juste :
La poudrerie est une neige extrêmement fine qui, tombant du ciel et se joignant à celle que le vent enlève des toits et des chemins, vous enveloppe, aveugle et égare l’homme qui connaît le mieux la route. Quand on est surpris dans les champs par cette poudrerie, l’on peut se regarder comme étant dans un vrai danger. On a des exemples de gens qui, la nuit, à cent pas des maisons, ont péri sans pouvoir les gagner.[x]
Même tôt dans la saison, la neige peut empêcher l’accomplissement de missions d’observations, comme est le cas de l’officier Langy en 1756 alors qu’il est envoyé par le chevalier de Lévis espionner les environs du fort William-Henry. Sans oublier que ces mêmes opérations d’observation hivernales ne peuvent plus compter sur le même nombre d’homme qu’en été pour leur venir en aide au besoin; on réduit les garnisons des forts alors que le gros des troupes retourne hiverner dans la Vallée du Saint-Laurent[xi]. De plus, bien qu’idéalement tous les soldats doivent recevoir une paire de raquettes[xii], ils n’en possèdent pas tous[xiii].

L’hiver n’a pas que des désavantages, toutefois : par exemple, il sert à la construction de bateaux. En 1752, cinq charpentiers et deux « sçieurs » sont envoyés au fort Niagara pour y construire (avec l’aide du forgeron déjà sur place) 15 embarcations[xiv]. Plusieurs charrons sont également envoyés pour « faire faire bonne provision de roües et de Charettes[xv] ». D’autre part, les ponts de glace relient plus facilement les deux berges du fleuve. On se sert également de traînes, fournies par l’armée au besoin, pour mener les provisions à bien[xvi]. Si l’hiver semble à première vue compliquer la communication par le tempérament du climat, il peut toutefois la faciliter en plusieurs instances. C’est plutôt la période de transition qui est plus difficile. L’approche des fontes, par exemple, attire la méfiance des gens. En hiver, le déplacement en cheval ne se fait que si la glace est belle. Toutefois, en mars 1757, un détachement qui doit rejoindre le lac Champlain à partir du fort Saint-Jean se voit obligé de renvoyer ses chevaux et ses chiens de traîne puisque le dégel s’est avancé[xvii].

Le témoignage de Mme Bégon nous ouvre une brèche sur les déplacements d’hiver en temps de paix et de la température qui peut changer soudainement. Le 26 décembre 1748, elle écrit : « je suis tout étourdie du temps qu’il fait. Je me suis couchée hier avec une pluie très douce et ce matin, il poudre, neige et fait un froid et une poudrerie comme je n’en ai jamais vu et nous avons eu bien de la peine à aller, les uns après les autres, à la messe, y ayant dans les rues de la neige jusqu’au ventre des chevaux[xviii]. » Le mois suivant, elle soulève le ralentissement ressenti du train train social causé par la saison : « On est ici très tranquille et il y a apparence qu’on l’est autant à Québec, car il n’en vient personne. Je crois que le froid leur fait peur[xix]. »

Toujours est-il que l’hiver facilite le transport sur les rivières glacées; la population, donc, ne reste pas docile longtemps face au froid. En février 1749, Mme Bégon note : « Comme la rivière est prise et assez belle pour venir de près de Québec, ici sur les glaces, nous voyons de nos fenêtres toutes les traînes et carrioles passer[xx]. » À son grand dam, la multitude de passants la gêne : « Les carrioles ont marché une partie de la nuit et à grand bruit, par la pluie qu’il y a eu la gelée, qui rend les chemins très durs, mais quand la jeunesse est en goût, rien ne la distrait. [...] Voici enfin le dernier jour [...] où l’on fera tout ce qu’il faut pour se faire mourir. Je suis si ennuyée d’entendre passer jour et nuit des carrioles qui m’empêchent de dormir que je voudrais être au carême.[xxi] » Au mois de mars de la même année, le beau temps menace de mettre fin rapidement à ces déplacements à cause de la fonte des glaces.

Malgré l’hiver, les opérations militaires continuent. Comme le rapporte Bonin pour le début de 1754, l’état-major organise une levée d’hommes totalisant 500 « tant troupe que milice ». Le déplacement entre Québec et Montréal prend 11 jours par voie terrestre. De Montréal, en plein mois de février, le groupe se déplace toujours à pied, chaque homme portant derrière lui une traîne (ou traîneau), « étant souvent obligé de passer des rivières dans l’eau en dérangeant les glaces trop faibles pour se hasarder à passer dessus, ce qu’il fallait faire en se déshabillant et portant ses hardes sur la tète et après être passé, se réhabiller bien vite et courir pour s’échauffer, ce qui arrivait quelque fois trois fois dans une journée. » J.C.B. continu sa description en spécifiant qu’à l’arrivée sur le lac Ontario, la glace permet à « ceux qui [savent] patiner [de] conduire sept à huit traînes, à la file les unes des autres, avec les hommes dessus en faisant de cette manière jusqu’à vingt lieues ». Ainsi rejoignent-ils la baie de Toronto d’où l’utilisation de bateaux sur l’eau complète le déplacement jusqu’au fort Niagara[xxii]. En fait, à lire les rapports, une expédition hivernale sans incident vaut la peine d’être mentionnée, comme le fait le gouverneur Duquesne en mars 1753 au sujet d’un parti rejoignant le village de la Présentation : « ce Qui m’a infiniment plû […] c’est qu’il n’a pas un Seul malade Evenement que j’avois a craindre […] par l’inhabitude de faire marcher une trouppe dans la plus rigoureuse Saison[xxiii]. »
En hiver, les chiens de traîne sont particulièrement utiles.
Source : CLUNY, Alexander. The American Traveller […]. Londres, E.
and C. Dilly,…, and J. Almon…, 1769. Frontispice.

Le témoignage de J.C.B. indique que la possession d’un chien pouvait être tolérée par l’armée. Bien au-delà qu’un simple animal de compagnie, dans les conditions parfaites, l’animal peut servir comme bête de traîne sur la neige, portant parfois même son maître derrière lui[xxiv].
Montcalm note dans son journal au sujet des chiens :
Les officiers qui seront les plus heureux seront ceux qui auront le moins cherché leurs commodités et qui, pour n’avoir pas la peine de traîner eux-mêmes, n’ont pris que des gros chiens au lieu de chevaux, qui sont accoutumés à traîner jusqu’à cent cinquante ou deux cents [livres]. Le Roi en passe ordinairement un à chaque officier et le lui paye trente livres; et lorsqu’il doit y avoir des partis d’hiver, ces sortes de chiens deviennent hors de prix, comme les cheveux chez les maquignons. Il s’en est vendu jusqu’à soixante et quatre-vingt livres pièce; et, comme dans cette occasion on agit à l’envie des uns des autres, il a tel officier qui a acheté jusqu’à six chiens.[xxv]
Au sujet de la traîne, J.C.B. écrit:
La traine est une planche mince de la longueur depuis six jusqu’à neuf pieds, sur douze à quinze pouces de largeur, elle est recourbée par un bout en demi cercle nommé chaperon et auquel on attache une courroie nommée collier, faite de corde de bois de bouleau de la longueur d’environ trois brasses et dont le milieu a une largeur d’environ trois à quatre pouces, sur une longueur de seize à dix huit pouces. Ce collier sert encore à porter une charge et sa largeur du milieu s’appuie sur le front ou en travers sur la poitrine et les épaules quelques fois en écharpe. La traine a dans sa longueur et sur les bords des nerfs en peau d’animaux dans lesquels passent une corde en façon de lacet pour contenir les effets dont on charge la traîne. On peut faire de cette manière deux ou trois cents lieues, tant sur la neige que sur la glace.[xxvi]
Marcher en hiver est une activité hasardeuse. Les pieds gelés ne sont pas rares. Comment éviter que cela ne se produise? Pouchot indique qu’on s’inspire des Autochtones :
Dans leurs voyages, les Sauvages se précautionnent contre le froid; leurs souliers, quoique d’une simple peau passée, sont fort chauds, parce que la neige est si seche qu’elle ne donne point d’humidité. Ils s’enveloppent les pieds avec des morceaux de couverte, et les côtés du soulier forment un brodequin qui empêche la neige d’y entrer : les pieds geleraient avec des souliers européens, ce que plusieurs ont malheureusement éprouvé.[xxvii]
Encore une fois, c’est un défi que de chercher à anticiper l’arrivée et la fin de l’hiver. Le début des neiges varie d’année en année. Par exemple, en 1757, les gens se déplacent en carriole dès le 3 novembre[xxviii]. L’année suivante, une première petite neige couvre le sol le 4 octobre[xxix]. Il faut aussi se méfier de se faire surprendre par le gèle et rester pris dans la glace. Bougainville écrit en novembre 1758 : « Les bateaux arrivent l’un après l’autre, plusieurs restent pris dans les bancs et les hommes viennent par terre. On en sait déjà cinq morts de froid et on en amène tous les jours qui sont gelés. On est fort inquiet de 3 bateaux qu’on a vus dans le lac Saint-François pris dans les glaces et qu’on paraissait essayer vainement de secourir.[xxx] »

J.C.B. est d’ailleurs un témoin direct de cette difficile réalité. Ayant quitté le fort Duquesne le 22 octobre 1758 pour s’en retourner à Québec, lui et ses compagnons de route sont arrêtés le 12 novembre par le froid et un « vent de nord […] violent ». Leur bateau est rapidement paralysé par les glaces du lac Saint-François : « nous restâmes une bonne heure dans cette situation, pendant laquelle neuf d’entre nous eurent les pieds gelés ». Jugeant la glace devenue assez solide après de laps de temps, le groupe rejoint la terre à deux arpents de leur emplacement, non sans se méfier de la minceur de la glace à certains endroits. « Ce trajet eut lieu vers minuit, nous traînâmes nos neuf gelés, sans autre secours à attendre que de notre courage, nous n’en étions pas moins transis de froid en arrivant à terre où nous ne fûmes pas plus tôt que nous coupâmes du bois pour faire un bon feu qui nous réchauffa nous et nos gelés le reste de la nuit[xxxi]. »

Une fois le jour arrivé, le froid n’est plus le seul danger qui guette : le groupe risque de manquer de nourriture avant son arrivée à Québec, n’ayant apporté des vivres que pour la durée d’un trajet plus rapide par la voie fluviale et non un voyage terrestre d’autant plus ralenti par la présence « d’estropiés ». La décision est prise d’envoyer trois hommes rejoindre un village abénaquis (sans doute le village de Saint-François-du-Lac) pour chercher de l’aide. En moins de trois jours, un parti revient avec des vivres et de quoi fabriquer
[…] des brancards pour porter nos blessés qui le furent tour à tour par les Français et les sauvages jusqu’à leur village où nous restâmes cinq jours, après lesquels les Abénaquis nous firent embarquer dans leurs canots et nous conduisirent par les rapides jusqu’à Montréal où nous arrivâmes le 24 du même mois; nos gelés furent aussitôt transportés à l’hôpital où on fut obligé de couper les pieds à cinq d’entre eux, deux moururent à la suite de l’opération.[xxxii]
Bien entendu, les mésaventures de la sorte existent à l’inverse aussi, où la glace fondante menace les voyageurs sur sa surface[xxxiii]. La transition entre saisons est rapide, comme note Montcalm :
[…] on passe dans ce climat très vite de l’hiver à l’été; on n’y connaît pas le printemps. Les vents du nord peuvent nous donner quelques petits froids d’ici au 15 mai; les chaleurs de juillet, août, partie de septembre seront insupportables. Le thermomètre est souvent comme dans le royaume de Naple.[xxxiv]
Bref, si le changement climatique augmente récemment les variations étrange de notre météo d’année en année, il faut se dire que notre étonnement, quant à lui, ne date pas d’hier!
Bon printemps!




[i] Colin Coates et Dagomar Degroot, « “Les bois engendrent les frimas et les gelées” : comprendre le climat en Nouvelle-France », Revue d’histoire de l’Amérique française, Vol. 68, No. 3‑4 (2015),, p. 198.
[ii] Coates et Degroot, « “Les bois engendrent…” », p. 206.
[iii] Louis-Antoine de Bougainville, Écrits sur le Canada, Québec, Septentrion, 2003, p. 148.
[iv] J.C.B. (Édité par l’abbé H.R. Casgrain), Voyage au Canada dans le nord de l’Amérique septentrionale fait depuis l’an 1751 à 1761 par J.C.B., Québec, Imprimerie Léger Rousseau, 1887, p. 149.
[v] J.C.B., Voyage au Canada…, p. 157.
[vi] Au sujet d’un épisode particulièrement inquiétant, voir : Bougainville, Écrits sur le Canada, pp. 328-329.
[vii] Bougainville, Écrits sur le Canada, pp. 78-79.
[viii] Bougainville, Écrits sur le Canada, p. 159.
[ix] Il continue de se plaindre le 11 janvier 1757 : « Les chemins sont presque impraticables, les voitures ne ferment point, c’est un supplice de s’exposer à l’air. » Bougainville, Écrits sur le Canada, p. 162.
[x] Bougainville, Écrits sur le Canada, p. 160.
[xi] Par exemple, à l’hiver 1756, la garnison du fort Carillon est composée de 315 hommes. François-Gaston de Lévis (Édité par Robert Léger), Le journal du Chevalier de Lévis, Montréal, Éditions Michel Brûlé, 2008, p. 58.
[xii] Bougainville, Écrits sur le Canada, p. 168.
[xiii] Bougainville, Écrits sur le Canada, p. 164.
[xiv] Varin à Contrecœur. À Montréal, le 3 octobre 1752, dans Fernand Grenier (dir.), Papiers Contrecœur et autres documents concernant le conflit anglo-français sur l’Ohio de 1745 à 1756. Vol. 1, Québec, Presses de l’Université Laval, 1952, p. 13 et Varin à Contrecœur. À Québec, le 4 octobre 1752, dans Grenier (dir.), Papiers Contrecœur..., p. 14. Il est intéressant de noter entre ces deux lettres que Varin écrit être à Québec un jour après avoir écrit une lettre de Montréal. Il est à se demander s’il s’agit d’un lapsus, ou d’une lettre écrite en chemin entre les deux villes.
[xv] Varin à Contrecœur. À Québec, le 17 octobre 1752, dans Grenier (dir.), Papiers Contrecœur..., pp. 15-16.
[xvi] Bougainville, Écrits sur le Canada, p. 164 et Louis-Joseph de Montcalm (Édité par Robert Léger), Le journal du Marquis de Montcalm, Montréal, Éditions Michel Brûlé, 2007, p. 142.
[xvii] Bougainville, Écrits sur le Canada, pp. 168-169
[xviii] Élisabeth Bégon, Lettres au cher fils. Montréal, Boréal, 1994, p. 76.
[xix] Bégon, Lettres au cher fils, pp. 90-91.
[xx] Bégon, Lettres au cher fils, p. 104.
[xxi] Bégon, Lettres au cher fils, p. 113 et p. 115.
[xxii] J.C.B., Voyage au Canada…, pp. 94-95.
[xxiii] Duquesne à Contrecœur. À Montréal, le 7 mars 1753, dans Grenier (dir.), Papiers Contrecœur..., p. 23.
[xxiv] Il est triste de noter que J.C.B. est contraint d’abandonner son fidèle compagnon, perdu en pourchassant la piste d’un chevreuil, alors que son convoi reprend la route. Somme quoi, l’armée n’attend pour personne. J.C.B., Voyage au Canada…, p. 97.
[xxv] Montcalm, Le journal du Marquis de Montcalm, p. 146.
[xxvi] J.C.B., Voyage au Canada…, p. 76.
[xxvii] Pouchot, Mémoires..., p. 281.
[xxviii] Bougainville, Écrits sur le Canada, p. 248.
[xxix] Bougainville, Écrits sur le Canada, p. 321.
[xxx] Bougainville, Écrits sur le Canada, p. 328.
[xxxi] J.C.B., Voyage au Canada…, p. 168.
[xxxii] J.C.B., Voyage au Canada…, p. 168.
[xxxiii] Voir un exemple dans Pouchot, Mémoires..., pp. 87-88.
[xxxiv] Montcalm, Le journal du Marquis de Montcalm, p. 164.

11 March 2019

03 March 2019

Update/Mise à jour: Help a Historian Finish His PhD!


English update: Please watch the video above.

Français:

J’ai des nouvelles incroyables! En moins d’une semaine, ma campagne GoFundMe a pu amasser plus de 2500$! Mais la nouvelle est plus excitante encore : derrière les coulisses de la campagne, vous avez été nombreux à faire des dons directement à moi sans passer par le site GoFundMe. De plus, je viens d’apprendre que mon université m’octroie une bourse de 2000$. Bref, en moins d’une semaine, j’ai maintenant accès à 7370$! Ce montant me permettra de passer les six prochains mois à écrire ma thèse en toute quiétude.

Je suis toujours sous le choc : je ne m’attendais pas à une telle générosité de votre part. En moins d’une semaine, nous avons atteint la moitié du montant visé par ma campagne! Je vous remercie tous et toutes du fond du cœur pour vos contributions, et encore plus pour vos encouragements. Chaque commentaire positif que vous m’avez laissé me pousse à finir ma thèse, mais également à donner mon 110% sachant que vous avez tous et toutes hâte de lire le résultat final!

Alors, il ne me reste plus qu’à vous remercier encore une fois, et de vous rappeler que la campagne n’est pas terminée! Il reste toujours un deuxième semestre à financer! Alors, partagez mon GoFundMe, et encouragez vos proches à visiter mon blogue, mon site web, et à me suivre sur Twitter pour rester au courant de mes activités. Au plaisir!